Copy party à Strasbourg : "le document de collecte" ou comment permettre à l'élève d'être acteur, auteur de ses recherches. Partage d'expériences (diaporama)

Publié le par Prof-doc en CDI (collège)

A l'invitation de Franck Queyraud, Chef de projet Médiations numériques de la Médiathèques de la Ville et Eurométropole de Strasbourg, j'ai été conduite à l'occasion de la copy party placé sous le signe des biens communs à faire une présentation du document de collecte, du copier-coller/copier/créer.

Je dois dire que l'ambiance était conviviale, l'accueil pas un vains mot. Une journée intéressante et enrichissante.

Lionel Maurel a donné avec humour un éclairage précis sur le droit d'auteur, droit de copie et Thomas Fourmeux a présenté la bibliobox, réseau parallèle à internet, espace de liberté et de partage.

Une partie du programme du 28/03 :

11h Conférence de Lionel Maurel :

« COPY PARTY en bibliothèque : de quel droit et pourquoi cela fait sens ? »

Rappeler les droits de chaque citoyen face aux œuvres et les utilisations créatives qui peuvent en découler. Sensibiliser aux notions de droit d’auteur, copie privée, DRM, plagiat, par Lionel Maurel, bibliothécaire et juriste, spécialiste du droit d’auteur et du numérique.

  • Copy party
  • 14h-15h Ateliers bibliobox avec Thomas Fourmeux :

« Partager des contenus du domaine public »

Mettre en place une bibliobox pour inviter à découvrir le domaine public, les créations sous licences CC. Comprendre les enjeux et les utilisations d’une bibliobox, par Thomas Fourmeux, bibliothécaire.

Copy party à Strasbourg : "le document de collecte" ou comment permettre à l'élève d'être acteur, auteur de ses recherches. Partage d'expériences (diaporama)

Je copie, tu copies, nous créons. Je copie, tu copies, nous partageons!

Quelques remarques qui complètent le diaporama :

- la citation d'Alain « copier est une action qui fait penser » (XXXIII,87), s'adresse à des instituteurs, et là il s'agit de "recopier". Afin d'éviter tout contresens cette précision était nécessaire. Mais elle m'a permis d'avoir un regard positif sur la copie.

- Une partie du diaporama reprend le travail qui m'avait permis de présenter le document de collecte à mes collègues de bassin.

- Je plaide pour une démarche unique quelque soit le support de recherche (papier ou numérique), même code, même lecture sur impression ou photocopie, une médiagraphie.

- Je pense qu'il nous faut vraiment analyser l'image et les icônes.

- Je pense que les compétences de lecture se complètent indépendemment du support : on peut balayer un texte sur support papier et on peut lire "linéairement", avec attention un texte numérique par exemple.

- Je teste cette année pour la séquence d'"Hiroshima",  la "citamap" cette carte mentale qui associe les citations d'un article qui ne serait pas tombé dans le domaine public, dispositif développé par Silvère Mercier , bibliothécaire :

 http://www.pratiques-collaboratives.net/Citamap-la-citation-au-service-de-la-liberation-et-du.html

- Il est bien intéressant pour nous professeurs documentalistes de rencontrer des bibliothécaires  : enrichissement garanti!

Dans ce cadre,  j'ai pu découvrir ou redécouvrir trois blogs  :  

- http://scinfolex.com/ de Lionel Maurel

- http://biblionumericus.fr/presentation/ de Thomas Fourmeux

- https://lappliblog.wordpress.com/ l'espace de la médiathèque de Strasbourg pour qui "la lecture numérique ’est toujours de la lecture."!

Je rappelle la séquence pédagogique que j'avais proposé en 2013 pour les 3èmes sur l'argumentation pour alimenter sa réflexion sur le bien commmun, le copyright madness, le droit d'auteur (...), "Le Gros t'Chat avec @Calimaq" :

http://didacdoc.monblog-doc.overblog.com/droit-d-auteur-copyright-madness-bien-commun-avec-calimaq

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article